A tous ceux qui ne sont pas des fanatiques du foot !

Au fil des semaines la place du foot dans les journaux télés n’a cessé de croitre jusqu’à étouffer tout le reste de l’information. Pendant deux mois, toute la France a retenu son souffle comme si notre avenir allait dépendre du résultat de la Coupe du monde.

Ils ont remporté le trophée, bravo ! Ils sont champions du monde, encore bravo ! Faut-il pour autant élever les joueurs au rang de héros, ces demi-dieu de la mythologie antique ou à ces personnages de légende auxquels on prête des exploits hors du commun ? Ce serait aller un peu vite en besogne. Sans vouloir minimiser le moins du monde le talent de chacun des joueurs, il est juste de reconnaître que cette réussite revient d’abord à un homme, Didier Deschamps, le sélectionneur qui a su choisir les meilleurs éléments… en écartant les esprits rebelles pour mener son équipe jusqu’à la victoire finale.

Mais que penser de l’hystérie collective qui s’est emparée du pays dès l’annonce de la victoire ! Que les supporters manifestent leur joie dans les rues est bien compréhensif. Ce qui l’est moins en revanche ce sont les débordements auxquels certains se sont livrés en s’exhibant dans le plus simple appareil sur des statues ou en grimpant sur des kiosques à journaux. Sans parler des pillages de magasins par les casseurs avec la mise à sac du drugstore Champs-Elysées. A Paris, mais aussi à Marseille, à Lyon, à Grenoble et autres villes où des magasins ont été pillés ou vandalisés.

Il est vrai que le pays était chauffé à blanc. On ne parlait plus que de la Coupe du monde sur toutes les chaînes de télévision. Jour après jour se succédaient les plateaux où d’anciennes gloires du foot, joueurs ou entraîneurs, intervenaient en tant qu’invités experts ou consultants. D’interminables débats ou chacun y allait de son commentaire sur le match qui venait de se dérouler. Et ne repartait pas sans avoir livré son pronostic sur la prochaine rencontre. Un pronostic obligatoirement en faveur d’une victoire de la France !

Hystérie collective

Ceux qui n’aiment pas le foot n’étaient pas obligés de regarder, feront remarquer les supporters. Certes ! Mais que faire quand la totalité du PAF n’a d’yeux que pour cet événement. Sur TF1, par exemple, fallait-il que Jean-Pierre Pernaut, le présentateur préféré des ménagères de plus de 50 ans, endosse au 13h le maillot des supporters de l’équipe de France et consacre entièrement son journal télévisé aux matchs de la Coupe du monde ?

Oui, pour ceux qui ont eu du mal à se fondre dans ce phénomène d’hystérie collective, il était temps que cela s’arrête ! Que l’actualité -toute l’actualité- retrouve sa place dans les journaux télévisés. Car, si l’euphorie du moment a pu les estomper, les problèmes n’ont pas disparu pour autant. Les syndicats jusqu’au-boutistes de la SNCF -CGT et Sud rail- ont continué à poursuivre une grève qui n’a plus aucun sens. Le chômage dont on attend -non sans inquiétude- la publication des chiffres du 2e trimestre 2018 reste à un niveau préoccupant. Quand à la question des migrants elle n’est pas résolue tant les pays européens restent divisés sur la question de leur accueil !

La fin (heureuse) de la Coupe du monde fera naturellement le bonheur du Tour de France, l’épreuve reine du cyclisme totalement occultée depuis le début par les exploits de nos footballeurs.

Mais ne jouons pas les rabat-joie. Il serait injuste de ne voir que les aspects négatifs de cette fièvre qui s’est emparée du pays à l’occasion de cet événement sportif. Les moments de communion nationale sont si rares qu’il faut savoir les apprécier ! Reconnaissons que nous avons pris beaucoup de plaisir à voir ces milliers de drapeaux tricolores agités par les foules enthousiastes ou accrochés aux fenêtres des supporters. L’emblème national que l’on ne voyait plus guère qu’à l’occasion des cérémonies officielles et lors des rassemblements politiques des partis de droite à gagné la rue et c’est tant mieux !

Quelle joie aussi d’entendre cette Marseillaise, hurlée à pleins poumons -et jusque sur le perron de l’Elysée- par des centaines de voix habitées par une même ferveur, toutes générations confondues. Enfin, et cela est sans doute le plus important quand au message qu’il envoie à travers le pays et au monde entier : l’hymne national a été chanté par tous les joueurs de l’équipe de France. Comme on est loin de l’ambiance lourde qui régnait chez les Bleus de 1998 avec cette équipe « Black-Blanc-Beur » !

Et pour bien marquer que cela ne relève pas d’un simple folklore Antoine Griezmann a enfoncé le clou lors d’une conférence de presse en affirmant qu’«Il faut être fier d’être Français », tandis que son co-équipier Benjamin Pavard se déclarait lui « heureux d’être Français »! Sans parler de ces « Vive la République » et Vive la France ! » qui revenaient comme un leit-motiv au fil des déclarations des uns et des autres.

Voilà qui est nouveau, voilà qui fait du bien à entendre, voilà qui réconforte, voilà qui efface tant de mauvais souvenirs comme celui d’un Karim Benzema qui crache pendant qu’on joue l’hymne national parce que lui, ne se sent pas Français. Comme on aimerait que cette ferveur patriotique perdure au-delà de la liesse populaire provoquée par cette victoire ! Oui, comme on aimerait ! Pour avoir donné le coup d’envoi de ce nouveau défi : MERCI LES BLEUS !