site france-patriote

Editorial

L’argent ne fait pas toujours le bonheur… de la démocratie!

par Alain Marsauguy

On le voit bien aujourd’hui encore avec l’affaire Fillon, les problèmes d’argent empoisonnent la politique en France. En dépit des dispositions prises pour tenter d’assainir la situation, la question est loin d’être réglée.

L’argent et la politique. Voilà bien deux réalités contradictoires et qui pourtant paraissent inséparables l’une de l’autre. Aujourd’hui, sans argent un homme politique a peu d’avenir. Pour avoir une chance de se faire entendre il lui faut des ressources financières importantes ! S’il n’est pas milliardaire comme Donald Trump, il doit avoir recours à des « amis » fortunés. A partir de ce moment là, il n’est plus tout à fait un homme (ou une femme) libre de ses faits et gestes. Il est politiquement redevable à ses bienfaiteurs !

Les Français, contrairement à d’autres, ont un rapport compliqué avec l’argent. Un complexe même lié sans doute à leurs racines catholiques. Contrairement aux anglo-saxons de culture protestante. On parle difficilement en France de ses revenus en famille ou avec des amis de crainte, sans doute, de susciter de la jalousie ou, au contraire, de la commisération.

La politique, quand à elle, n’a pas bonne réputation dans notre pays. La dernière étude publiée par le Cevipof en décembre 2016 auprès des jeunes de 18 à 34 ans est éloquente : 99% pensent que les hommes politiques sont corrompus. Les jeunes n’ont jamais été aussi désabusés vis-à-vis de la classe politique. L’affaire Fillon, même si celui-ci sortait blanchi par le parquet national financier, ne les fera pas changer d’avis, bien au contraire.

Pas grand monde n’est choqué qu’un footballeur soit grassement payé par son club ou qu’un animateur de télévision ait des gains mirobolants. Il en ira tout autrement pour un élu. Est-ce seulement du fait qu’il soit rémunéré avec l’argent public pris dans la poche du contribuable ? Sans doute, mais pas seulement. Les héritiers de ceux qui ont aboli les privilèges en 1789 se font une idée tout autre de leurs élus. Il les voudrait irréprochables sur le plan moral, attentifs à leurs demandes, et surtout proches de leurs préoccupations. Tout à la fois élus de proximité et intermédiaires auprès des pouvoirs publics. Un idéal démocratique en sorte.

Revenir aux principes fondamentaux de la démocratie

Or combien de parlementaires jouent véritablement ce rôle aujourd’hui ? Combien parmi les 577 députés remplissent honnêtement leur fonction d’élu. Quel contrôle le peuple peut-il exercer sur le mandat du représentant qu’il a envoyé pour cinq ans à l’Assemblée nationale ? Le système politique actuel qui enferme les élus dans des partis ne permet pas de répondre à cette exigence démocratique.

Sommes-nous, pour autant, condamnés à réélire les mêmes candidats à chaque élection ? Les différentes lois votées ces dernières années sur le financement des partis, la transparence de la vie politique ou le non-cumul des mandats, si elles constituent une avancée notable n’ont pas encore permis d’abolir certaines moeurs politiques.

Pour en finir une fois pour toutes avec ces pratiques dignes de républiques bananières il faudra remettre tout à plat et en revenir aux principes fondamentaux de la démocratie tels que les définissait Abraham Lincoln : le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple. Que chacun puisse voter pour le candidat de son choix et que tous les candidats soient traités à égalité de moyens par les pouvoirs publics et les médias. Il faudra aussi redéfinir le statut du député et revoir les avantages et privilèges dont il bénéficie.

A l’heure actuelle plus de 80 personnes se sont déclarées candidates à l’élection présidentielle de 2017. Combien parmi elles obtiendront les 500 parrainages d’élus nécessaires pour participer à cette élection et présenter leur programme ?

Voir tous les éditoriaux

 

Derniers articles publiés

, dans

Donald Trump en 2016

Iront-ils jusqu’à assassiner Donald Trump ?

La nouvelle peut paraître ahurissante, mais elle est prise très au sérieux par les services de renseignements occidentaux. Un vaste complot vise à empêcher Donald Trump de diriger les Etats-Unis. Ses ennemis sont prêts à l’éliminer physiquement s’il le faut.  … Lire la suite 

, dans

Pourquoi les banques refusent de prêter de l’argent au Front national

Le financement de la campagne présidentielle est un vrai problème pour le Front national. Alors que la plupart des sondages indiquent que Marine Le Pen sera présente au second tour, les banques refusent de lui prêter de l’argent.  … Lire la suite 

, dans

En finir avec l’école des cancres !

Sortir l’école de l’ornière sera l’une des priorités de la prochaine majorité présidentielle. Le quinquennat qui s’achève aura contribué à démolir un peu plus l’enseignement dans notre pays. Il est grand temps que l’on s’occupe enfin d’instruire nos enfants. L’avenir de notre pays en dépend.  … Lire la suite 

, dans

Pas d’autre solution que de prohiber l’islam en France !

La question de l’islam, n’en doutons pas, va occuper une place essentielle dans la campagne présidentielle. La lutte contre le terrorisme est devenue la première préoccupation des Français, avant le chômage, l’immigration et la santé. Pour en finir, une fois pour toute, avec ce problème, il n’y a pas trente-six solutions. Il faut prohiber l’islam en France. Et inscrire son interdiction dans la constitution.

 … Lire la suite 

, dans

De nouveaux droits pour les criminels : les policiers rendent leur habilitation d’opj

Les policiers sont de plus en plus en colère. Et pour cause ! Depuis la mi-novembre, la loi du 3 juin 2016 destinée à renforcer la lutte contre le crime organisé et le terrorisme est entrée en application. En créant de nouveaux droits pour les personnes mises en cause, elle alourdit le travail des enquêteurs au lieu de l’alléger.

 … Lire la suite 

Portrait

Macron : portrait d’un homme insaisissable

Quasi inconnu du grand public il y a seulement trois ans, l’homme est parti à la conquête du pouvoir. Qui est Macron ? Que veut-il faire ? Portrait d’un personnage énigmatique. Lire la suite

Billet d'humeur

Etre policier en Socialie, c’est avoir une vocation de martyr !

La dramatique affaire de Viry-Châtillon (Essonne) confirme tragiquement le sentiment d’abandon que ressent la police. Le pouvoir redoute plus la mort d’un délinquant que celle d’un policier. Et les « sauvageons » comme les appelle pudiquement Bernard Cazeneuve le savent bien. Lire la suite

Focus

Coucou… Et revoilà Copé !

Comme si l’on n’attendait que lui ! Après 18 mois d’une cure forcée de silence médiatique suite à son éviction brutale de la présidence de l’UMP Jean-François Copé revient dans l’arène. Lire la suite

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer