site france-patriote

Editorial

Elle est où la droite ?

par Scipion

L’opposition dite républicaine n’a jamais semblé aussi à gauche que depuis qu’elle ose enfin se déclarer de droite. Comme si cette affirmation lui suffisait à occuper un espace laissé vacant par la gauche historique et les « marcheurs ». La pseudo droite s’est enfermée toute seule dans la caricature que la gauche a fait d’elle, c’est- à-dire une vision exclusivement économique de la société, fondée sur la défense d’un capitalisme égoïste et anti-social. Autrement dit, être de droite aujourd’hui, c’est donc être un peu plus libéral que Macron, encore qu’il faut reconnaître à ce dernier le courage d’engager quelques réformes que la « non-gauche » n’aurait même pas osé imaginer, par peur de son ombre et des remontrances que la gauche aurait pu lui adresser.

Ce faisant, la droite a abandonné les valeurs qui faisaient autrefois sa particularité : la défense de l’ordre moral, de la patrie, la fierté roman national, l’empreinte du christianisme en tant que donnée constitutive de l’identité française, le respect de la vie, la défense de la famille, la reconnaissance du travail et du mérite, pour ne citer que les principales. Autant de concepts qui sont désormais devenus des gros mots pour la plupart de nos « élites » politiques et médiatiques même s’ils sont encore ancrés dans l’esprit des classes populaires.

Certes, une petite partie de la droite, hélas bien minoritaire, est entrée en résistance face à la dérive suicidaire dans laquelle se sont engagés les partis issus de l’UMP et elle suscite aujourd’hui un clivage qui conduira bientôt au divorce entre la droite de Bellamy et celle de Juppé. Il suffit pour s’en persuader de se référer à l’attitude de la plupart des ténors LR sur les questions d’actualité :

Face aux actes d’antisémitisme, on hurle avec les loups en oubliant de dénoncer la montée de l’islamisme qui en est la cause principale. Et on approuve l’appel à l’exclusion du Rassemblement national de la manifestation de riposte du 19 février.

Sur l’immigration, c’est le même silence gêné que celui des socialistes et des  « marcheurs » . Pas de vagues, pas d’amalgame, et puis ces gens-là, mon bon monsieur, ça vote ou ça votera !

Il en va de même sur les prétendues « avancées » sociétales. Ainsi, on n’a pas entendu beaucoup de mouches voler lors du vote par l’Assemblée nationale d’un amendement imposant à nos enfants de ne plus avoir un père et une mère mais un « parent 1 » et un « parent 2 » ou au mieux deux « père-mère ». Pauvres enfants… Que ne leur a-t-on demandé leur avis avant de commettre un tel forfait pour ménager les états d’âme de moins de 5 % des Français ! La suppression du porc dans les cantines scolaires et des arbres de Noël ne suffisait donc pas ! Certes, le ministre de l’Education nationale a opposé une timide résistance à cette « avancée » et il faut lui reconnaître aussi le mérite d’avoir imposé le drapeau français et la Marseillaise dans les écoles, ce qu’un Sarkozy ou un Chirac n’auraient pas osé faire. Certes, pour faire bon poids il y aura aussi le drapeau européen à côté du nôtre mais on ne pouvait quand même pas trop en attendre de ce côté-là.

Il y a fort à parier qu’un certain nombre de députés LR voteront aussi sans hésiter une loi légalisant la PMA, voire la GPA.

Mais il y a plus symptomatique encore du clivage de la droite, ce sont les réactions émanant de ses propres rangs au choix de François-Xavier Bellamy pour conduire la liste LR aux élections européennes de juin prochain. C’est à qui prendra ses plus fines pincettes pour montrer sa distance avec la très conservatrice tête de liste. Tel Eric Woerth expliquant que personnellement, il n’aurait pas choisi Bellamy à cette place mais que la diversité c’est très bien et puis qu’il faut regarder globalement les trois ou quatre premiers de la liste. Et pourtant Woerth n’a jamais été le plus radicalisé des Républicains sur le plan sociétal ! Gérard Larcher, lui, a manifesté une opposition plus frontale que peut expliquer sa vraisemblable appartenance à la Franc-maçonnerie.

Si la droite n’est plus la droite, les classes populaires, elles, s’en rapprochent de plus en plus et les deux évolutions sont certainement liées. Face aux expériences désastreuses de la gauche et du macronisme, le spectacle de la droite honteuse n’est certainement pas de nature à donner envie de revenir aux années de l’immobilisme chiraquien ni aux trahisons sarkoziennes jetant aux orties le referendum sur l’Europe.

Plus solide que les élites dans son identité et ses valeurs, plus exposé qu’elles aux effets néfastes du mondialisme et de l’immigration galopante, le peuple laisse aujourd’hui éclater sa colère et il n’y a rien de surprenant, sauf pour ceux qui de leurs fenêtres dorées n’ont rien vu venir, à ce que nombre de Gilets jaunes se reconnaissent dans les partis qui s’affichent plus clairement à droite, comme le Rassemblement national ou Debout la France.

Si la droite a perdu ses couleurs, elle se teinte aujourd’hui de jaune parsemé de bleu-blanc-rouge. Ce n’est qu’un début ?

Voir tous les éditoriaux

 

Derniers articles publiés

, dans

2019, l’année de tous les dangers pour Macron

Suites à donner au Grand débat, élections européennes du 26 mai, déroulement de l’enquête sur l’affaire Benalla, 2019 s’annonce comme l’annus horribilis pour Macron.

 … Lire la suite 

, dans

Colonisation : les négationnistes du CRAN franchissent un pas de plus vers l’obscurantisme

C’est curieux comme le mot colonisation continue à susciter des réactions épidermiques chez certains. Sa seule évocation les rend carrément hystériques.  … Lire la suite 

, dans

Les gilets jaunes ont redonné le pouvoir au peuple

S’il est une leçon à retenir de la révolte des Gilets jaunes, c’est d’avoir rappelé avec force aux gouvernants du pays qu’en démocratie le pouvoir appartient au peuple. Et que c’est lui qui a la souveraineté.  … Lire la suite 

, dans

LBD : Le conseil d’Etat fait de la résistance

Elle est passée inaperçue et pourtant l’information mérite qu’on s’y intéresse. Une pétition signée de 75 000 personnels soignants demande un moratoire sur l’utilisation des lanceurs de balles de défense(LBD 40) dont la dangerosité n’est plus à démontrer  … Lire la suite 

, dans

Gilets jaunes: Castaner, il faut d’urgence arrêter ce massacre!

Il est des images qui sont terribles. Insupportables ! Celles d’un homme qui git à terre, le visage ensanglanté et qui souffre. Il vient d’être touché par un projectile tiré par un policier lors d’une manifestation.  … Lire la suite 

Portrait

Par MEDEF — Jack Lang, CC BY-SA 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=6443715

Le richissime Jack Lang roi de la pingrerie

Connu comme étant le père de la fête de la musique et le créateur des journées du patrimoine, Jack Lang est, comme on le sait, depuis janvier 2013 le tout puissant président de l’Institut du monde arabe (IMA). Ca c’est pour le côté officiel de l’ancien ministre de la Culture puis de l’Education nationale de François Mitterrand. Lire la suite

Billet d'humeur

A tous ceux qui ne sont pas des fanatiques du foot !

Au fil des semaines la place du foot dans les journaux télés n’a cessé de croitre jusqu’à étouffer tout le reste de l’information. Pendant deux mois, toute la France a retenu son souffle comme si notre avenir allait dépendre du résultat de la Coupe du monde. Lire la suite

Focus

Coucou… Et revoilà Copé !

Comme si l’on n’attendait que lui ! Après 18 mois d’une cure forcée de silence médiatique suite à son éviction brutale de la présidence de l’UMP Jean-François Copé revient dans l’arène. Lire la suite

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer